© 2019 by Les ateliers de Manue - All rights reserved

  • Facebook - White Circle

Les disputes à l'école et au collège : chamailleries ou vrais conflits?

Imaginez : une classe où les enfants communiquent dans le calme, une cour de récréation sans heurts ni bagarre, l'harmonie, les oiseaux qui chantent... Ca serait tellement bien!! Mais... est-ce vraiment possible?

 

La classe : un terreau fertile pour les confrontations

L'environnement scolaire a ceci de particulier qu'il réunit, dans un même espace, un ensemble d'enfants ou d'ados qui n'auraient pas choisi d'être tous ensemble s'ils en avaient eu le choix. Par nécessité, ils sont contraints de "faire avec", de cotoyer quotidiennement des individus qu'ils n'apprécient parfois pas du tout.

Tous ceux qui ont vécu une situation professionnelle similaire savent combien il peut être stressant / agaçant / déstabilisant d'avoir comme collègue une personne avec laquelle vous ne vous entendez absolument pas. Généralement, vous chercherez à changer cela rapidement. Or les élèves ne disposent pas de cette marge de manoeuvre, et ont l'obligation de composer avec leur quotidien. De fait, les confrontations liées à l'inimitié sont plus fréquentes que dans n'importe quel autre contexte.

 

De manière plus générale, les conflits sont inhérents à la constitution de n'importe quel groupe d'individus, quelqu'en soit l'âge. En effet, chaque individu a ses besoins propres à combler pour s'épanouir et se sentir bien dans sa peau. Au sein d'un groupe, il est inévitable que les besoins des uns et des autres entrent en conflit de manière régulière. C'est le signe d'un groupe sain, où chacun tente de combler ses besoins!

 

 

Comprendre la dynamique du conflit

Thomas GORDON est à l'origine de la méthode de gestion des conflits gagnant-gagnant, et fait le lien entre les conflits et les confrontations de besoins. Ces conflits de besoins peuvent opposer des pairs (par exemple des enfants qui se disputeraient un ballon), ou bien des enfants et des adultes (si un élève a besoin de bouger, alors que l'enseignant a besoin de calme et d'attention pour enseigner).

La physiologie étant bien faite, lorsqu'un besoin est en souffrance, une tension interne se fait sentir : c'est ce mal-être passager qui pousse à agir, à se mettre en mouvement pour trouver des solutions et combler le besoin. A titre d'exemple, c'est la sensation de faim qui vous pousse à vous diriger vers le frigo. De manière plus subtile, c'est quand votre besoin de calme est présent que vous êtes moins tolérant à l'agitation et aux bruits de vos enfants.

Le rôle des besoins dans la mécanique relationnelle est fondamental.

 

Lorsqu'il y a un conflit de besoins, la relation est en difficulté. D'une part parce que le besoin en souffrance n'est généralement pas conscientisé. D'autre part parce que chacun va tenter de répondre à son besoin sans vouloir lâcher le morceau car il est piloté par sa tension interne. C'est pour cela que certains conflits semblent se répéter à l'infini : tant que les besoins ne sont pas comblés, la tension persiste. Vous aurez ainsi l'immense joie de voir à chaque récréation un groupe de filles et un groupe de garçons se quereller sur l'occupation de la cour de récréation et l'usage du ballon de foot. Tant que les besoins de chacun ne seront pas exprimés ni pris en considération, il y a peu de chance que les choses changent...

 

 

Toutes les disputes ne sont pas des conflits de besoin

Chaque incartade ne fait pas nécessairement appel à un conflit de besoins individuels : la dynamique du groupe joue un rôle déterminant dans les relations entre élèves. Dans l'environnement "classe", chaque élève tente de trouver une place dans le groupe. Il s'agit plus d'un jeu relationnel qu'un conflit réel : en se confrontant aux autres, chacun se positionne, se teste et se situe par rapport au groupe. Un peu comme des animaux pourraient établir une forme de hiérarchie, de cartographie du groupe.

La recherche de popularité et l'intégration au groupe sont les moteurs de ce type de disputes, qui peuvent constituer des embryons potentiels de situations de harcèlement.

 

Les chagrins d'amitié, ou chagrins d'amour, occupent enfin une large part des difficultés relationnelles. Ces situations sont alimentées par une difficulté émotionnelle qui peut conduire, dans certains cas, à des comportements inadaptés ou agressifs envers les pairs.

 

 

Comment réagir en tant qu'adulte? Quand et comment intervenir?

Le rôle de l'adulte est multiple, à commencer par avoir lui-même, une gestion pondérée de ses propres conflits avec les autres adultes et les élèves. En effet, les élèves tendent à reproduire les façons de faire des adultes, pour peu qu'on leur en explique les principes. L'exemplarité de l'adulte est plus que jamais de mise.

Une bonne connaissance de la mécanique relationnelle aide également à avoir une posture appropriée lorsque l'adulte est témoin d'une situation de confrontation dans la classe. Il peut être intéressant de se poser la question du type de confrontation qui prend place : s'agit-il d'un conflit, d'un jeu relationnel, d'une situation de harcèlement ou d'un chagrin d'amitié?

 

En cas de conflit :

L'adulte peut jouer le rôle de médiateur : il va aider chaque élève a prendre conscience de ses besoins, et faciliter l'émergence d'une solution permettant de répondre aux besoins de tous.

En cas de jeu relationnel :

L'adulte peut adopter une posture de vigilance : il peut vérifier que le jeu ne dégénère pas en bagarre et que les règles de sécurité et de respect de l'établissement sont respectées. Il peut intervenir si il juge que les règles sont transgressées. Il veille également à ce que le jeu relationnel n'évolue pas vers une situation de harcèlement.

En cas de harcèlement :

Là, c'est complexe et ça fera l'objet d'autres articles!

En cas de chagrin d'amitié / d'amour :

L'adulte peut offrir son empathie et son écoute. Il peut accueillir les émotions de l'élève, et si ces émotions fortes entrainent des débordements, voir avec l'élève comment faire pour qu'il modifie son comportement.

 

Il va de soi que le rôle de l'adulte est grandement facilité à partir du moment où les élèves sont responsabilisés dans leurs actes et leurs paroles.

 

Tout ce qui pourra être mis en place au niveau de la classe en terme de gestion de conflits ira dans ce sens : les messages clairs de la pédagogie Freinet (directement inspirés de la Communication Non-Violente), la médiation scolaire, la sensibilisation à l'impact des mots, les notions de respect de l'autre et de liberté en approche philosophique etc.

 

Les conflits font partie intégrantes de la vie du groupe.

Transformons-les en opportunités pour apprendre et grandir!

Share on Facebook
Please reload

Catégories
Please reload